ÉLECTIONS DÉPARTEMENTALES – 20 & 27 JUIN 2021 

DÉPARTEMENT DES PYRÉNÉES-ORIENTALES

La solidarité est une ressource nationale

Depuis plus d’un an, la pandémie a tendu à la société française un miroir grossissant de ses inégalités, de ses fragilités. A côté de l’impact sanitaire et économique qui marquera durable- ment notre société, la pandémie a agi comme un révélateur des mécanismes d’exclusion et de la pauvreté qui la fracture.

Dans cette crise si violente, un triple mécanisme est à l’œuvre.

En paralysant l’économie et les dynamiques d’insertion, la pandémie a d’abord empêché les personnes en précarité d’en sortir.

En déstabilisant toutes nos relations sociales et les structures collectives qui les soutiennent, elle a ensuite précipité dans la pauvreté des milliers de salariés et d’indépendants au statut déjà précaire, d’intermittents, à temps partiel ou en CDD.

Enfin, et c’est un choc, elle a lourdement pesé sur la jeunesse, collégiens, lycéens, étudiants, jeunes sans emploi ni formation, sans statut, tous nos jeunes, à un moment charnière dans leur vie et avec, peut-être, des conséquences néfastes à long terme.

Nous le savons, les effets de la crise sont loin d’être homogènes pour toute la population et dans tous les territoires. Face à cette crise les acteurs publics ont dû s’organiser,rapidement il a fallu parer au plus pressé. Les Français ne s’y trompent pas. Pour près de la moitié d’entre eux, ils jugent que l’action des Départements, avec leurs moyens et leurs contraintes, a été à la hauteur pour gérer la crise.

Concrètement, nous avons permis le cumul du RSA avec les revenus issus de travaux saisonniers afin de ne pas précariser encore plus un public déjà fragilisé. Nous avons accompagné des milliers de nouveaux allocataires du RSA, passés en quelques semaines de revenus décents au RSA. Nous nous sommes concentrés sur un travail qualitatif d’accueil et d’insertion, grâce à l’automatisation des aides. Nous avons créé des fonds d’aides de plusieurs millions d’euros à destination des artisans et des commerçants afin qu’ils puissent encore honorer leurs factures. Nous avons utilisé tous les moyens à notre disposition pour soutenir l’économie locale et des secteurs clés comme l’agriculture ou le tourisme tout en continuant à irriguer les acteurs associatifs très sollicités durant cette période. Nous avons contribué à limiter les inégalités d’accès aux protections sanitaires, aux biens de première nécessité grâce aux « bons solidaires » ou encore aux outils numériques pour les plus jeunes.

Les Départements sont, par leur action, en première ligne pour limiter la casse sociale et accompagner au mieux nos concitoyens les plus vulnérables.
La jeunesse est un point central, pour laquelle nous apportons une vigilance toute particulière. Les jeunes en emploi plus précaire subissent de plein fouet l’impact économique de la pandémie. Le taux de chômage a progressé davantage pour les jeunes que pour les autres classes d’âge en 2020.

Depuis 2017, les signaux d’alerte se sont multipliés. Nous refusons qu’ils ne soient pas entendus et que les jeunes demeurent l’angle mort de ce gouvernement.

En ce sens, nous sommes déjà à pied d’œuvre pour développer des politiques sociales innovantes et nous soutenons tous les dispositifs dont celui de France Urbaine qui vise à lutter contre la pauvreté des jeunes par le biais d’accompagnements financiers et sociaux. Nous voulons une reconnaissance pleine et entière de la citoyenneté sociale des jeunes.

Nous réaffirmons notre volonté d’ouvrir le RSA aux jeunes de 18-25 ans et d’expérimenter un revenu de base. Assurance Maladie, Revenu Minimum, revenu de solidarité… La France a toujours su avoir l’audace de l’innovation sociale. Aujourd’hui, nous demandons au gouvernement d’être fidèle à notre histoire sociale et de nous laisser expérimenter sur nos territoires des solutions nouvelles pour accompagner nos concitoyens.

Cette lutte globale contre l’exclusion n’est pas qu’une question d’outils, de dispositif, de pro- cédure. La pandémie nous a cruellement rappelé que nous partageons une même communau- té de destin. Si nous voulons gagner face à des divisions de plus en plus aiguës de la société française, nous devons porter fièrement un projet de fraternité et de solidarité. Prendre soin des autres, assurer des politiques de solidarité, lutter contre toutes les formes d’exclusions… voilà le cœur des politiques publiques départementales. Nous appelons désormais à porter une « société du soin réciproque ».

Cela passe par une construction politique à la fois plus équitable et plus solidaire avec les plus fragiles. Elle nécessite de penser de nouveaux droits à destination des personnels et auxiliaires de soins ou d’accompagnement. Elle porte une vision globale des solidarités qui repose sur l’alliance entre l’action publique et les projets citoyens et collectifs.

Si le gouvernement assume de faire confiance à l’action locale, les Départements, par l’action sociale et territoriale qu’ils mènent, peuvent être au cœur de ce nouveau projet. Le moment est venu pour la France de réaffirmer que la solidarité est une ressource nationale et une richesse pour ses territoires.

Christine Téqui, Présidente de l’Ariège ; Hélène Sandragné, Présidente de l’Aude ; Germinal Peiro, Président de la Dordogne ; Nathalie Sarrabezolles, Présidente du Finistère ; Georges Méric, Président de la Haute-Garonne ; Jean-Luc Gleyze, Président de la Gironde ; Kléber Mesquida, Président de l’Hérault ; Xavier Fortinon, Président des Landes ; Philippe Grosvalet, Président de Loire-Atlantique ; Sophie Borderie Présidente, du Lot-et-Garonne ; Sophie Pantel, Présidente de la Lozère ; Alain Lassus Président, de la Nièvre ; Anne Hidalgo, Maire de Paris ; Hermeline Malherbe, Présidente des Pyrénées-Orientales ; Jean-Claude Leblois, Président de la Haute-Vienne ; Stéphane Troussel, Président de la Seine-Saint-Denis

Tribune publiée dans Le Monde du 8 juin 2021

Sur le même sujet

Candidates et candidats de la Majorité départementale – Mon département en commun, nous remercions les électrices et électeurs qui nous ont fait …

Mathias BLANC, candidat avec Françoise CHATARD sur le canton Perpignan 5 Renforcer les instances de participation déjà existantes au sein du Département …

Robert GARRABÉ, candidat avec Martine ROLLAND sur le canton Vallespir-Albères Les engagements que nous portons sont fondés sur la solidité de la …

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur telegram
Partager sur email
Aller au contenu principal